Blason Abbaye de Sept-Fons

Abbaye Notre Dame de Sept-Fons

de l'Ordre Cistercien de la Stricte Observance
dit Trappiste

fondée en 1132
Vue aerienne Abbaye de Sept-Fons
Histoire du monastère La filiation La vie monastique à Sept-Fons Témoignages Infos pratiques Boutique de vente en ligne
L'ordre cistercien Homélies Discerner une vocation Plan des bâtiments Nous contacter Notre travail

La vie monastique en général est une vie de prière (en vue de l'union à Dieu),
de louange (qui est comme Dieu ?),
d'intercession (en vue du salut de tous les hommes)
et de suppléance (en faveur et à la place de ceux qui ne peuvent rendre à Dieu les actes de religion qui lui sont dûs).

La vie monastique cistercienne trappiste se caractérise
par une fidélité plus stricte à l'égard de la Règle de Saint Benoît
sans autre apostolat que celui de la prière.
Elle repose sur 5 piliers :


L'office divin

Le premier office du jour est MATINES et dure 1 heure.
LAUDES est à 6h45. En semaine, la Sainte Messe y est intégrée.
Les "petites heures" de TIERCE, SEXTE et NONE durent environ 15 minutes.
VÊPRES, après le travail de l'après-midi, dure 30 minutes.
COMPLIES, qui précède le coucher, 20 minutes.

"Sept fois le jour j'ai chanté vos louanges" - Psaume 118

Scriptorium Abbaye de Sept-Fons

La lectio divina

La lectio divina est une lecture qui consiste à ouvrir son intelligence et son cœur à Dieu. Elle ne s'identifie pas à l'étude. Elle engage l'intelligence mais surtout le coeur. Basée sur la lecture de la Sainte Bible, elle peut s'élargir à une panoplie de lectures à condition de respecter la finalité :
faire grandir notre foi et notre amour envers Notre-Seigneur.
La lectio est pratiquée avant LAUDES et/ou avant TIERCE et pendant les temps libres (méridienne ou le soir avant COMPLIES) et toujours au scriptorium. Chaque moine doit y consacrer au moins 45 minutes par jour.
 

La prière personnelle ou oraison

En dehors des temps "officiels" et communautaires de prière, le moine éprouve le besoin d'un moment de prière personnelle, solitaire. Il s'appuie sur sa foi en la Présence Réelle de Notre-Seigneur au tabernacle et cherche à ajouter sa présence - humble, pauvre et souvent hélas distraite - à la présence du Maître.
Dès lors, il s'agit de se tenir là, devant le Christ, dans une attitude de réceptivité, et, pour éviter la rêverie, de réciter des invocations, de lire un livre ou des notes, de prendre des notes, de réciter le chapelet.... C'est tout un art et une vie entière n'est pas de trop pour apprendre comment se tenir devant Dieu.
 

Le travail

"Les moines seront vraiment moines quand ils vivront du travail de leurs mains", écrit Saint Benoît. Quand le moine part au travail, il reste moine et veille à accomplir son travail dans un esprit de prière, avec diligence et soin. A Sept-Fons, le jardin potager, le verger, les ateliers (menuiserie et mécanique), l'agriculture, la traite des vaches, le soin des malades et les divers travaux ménagers assurent aux moines un travail physique important. Mais c'est l'activité du Moulin de la Trappe qui assure le gagne-pain du monastère. Beaucoup de frères y sont impliqués (direction, gestion, comptabilité, réception et préparation des commandes....)

La vie en commun

C'est un des éléments caractéristiques de la vie monastique cistercienne et trappiste et une des plus grandes sources d'ascèse. La majorité des frères dorment dans un lieu commun appelé dortoir (photos à gauche) et n'ont pas de chambre personnelle. Il y a bien sûr des exceptions mais elles restent des exceptions. Même alors, le moine n'utilise sa chambre que pour dormir.

Le repas de midi est pris en commun. Le petit-déjeuner et le repas du soir ont lieu à des intervalles qui permettent à chacun de s'organiser comme il l'entend.

Le silence en vue de la prière continue

La trame de fond dans la vie du moine est la prière continue. Le silence en est le moyen. Entre les offices, en procession, en allant au travail, en revenant du travail, etc. le moine répétera cent fois en son cœur une prière personnelle qui traduit son intention profonde : rester uni à Dieu.

HAUT DE PAGE